L’Histoire en famille

En quête de réponses, ces personnages partent sur les traces qui ont forgé leur histoire, bouleversée à travers les générations par l’exil et la recherche d’un idéal.

17h15
Café littéraire
Galerie du Conseil

Omar Benlaala

Tu n’habiteras jamais Paris, Flammarion

Omar décide d’enregistrer les souvenirs de son père, Bouzid, venu de Kabylie à Paris en 1963. Bientôt, un troisième personnage s’invite dans le récit : Martin Nadaud. Lui est né en 1815, dans la Creuse. Maçon, comme Bouzid, il a choisi l’exil et trouvé sa place dans l’Est parisien. Devenu l’un des rares députés ouvriers, il s’est posé les questions de l’injustice sociale et de l’instruction des plus pauvres. Ces trois autodidactes tracent une autre Histoire de France, où l’on croise Perec et une étrange assistante sociale, George Sand et Enrico Macias, Slimane Azem et Alain Corbin, et le peuple des bâtisseurs.

Omar Benlaala a été révélé avec La Barbe, récit autobiographique sur sa jeunesse et sa quête identitaire à travers l’Islam.

Stéphanie des Horts

Les sœurs Livanos, Albin Michel

Elles avaient tout : la beauté, l’intelligence, l’élégance, la fortune. En épousant les richissimes Onassis et Niarchos, elles ont cru atteindre leur idéal. Elles ignoraient que ces séducteurs, hommes d’affaires redoutables et ennemis jurés, ne vénéraient qu’un dieu : l’argent. Elles se jalousent, s’adorent, se détestent tandis que leurs maris s’affrontent à coups de pétroliers, d’œuvres d’art, de manipulations politiques ou mondaines. Mais derrière les flashs des paparazzis et les sourires envoûtants de Jackie Kennedy, Maria Callas, Gianni Agnelli ou Marilyn Monroe, un drame se joue.

Stéphanie des Horts est auteure, critique littéraire et membre du jury du Prix Françoise-Sagan, des Globes de Cristal et du Prix Cabourg du Roman.

François-Guillaume Lorrain

Vous êtes de la famille ? Flammarion

François-Guillaume Lorrain est grand reporter au Point.

Au détour d’une rue, François-Guillaume Lorrain aperçoit pour la première fois une plaque commémorative dans le quartier de la Sorbonne qu’il connaît pourtant comme sa poche. « Ici est tombé sous les balles allemandes Jean Kopitovitch patriote yougoslave le 11 mars 1943 ». Intrigué, il se lance dans une quête effrénée autour de l’histoire de ce parfait inconnu. Remontant chaque piste, il partira sur les traces de la « vie minuscule », celle de l’immigration serbe arrivée en France lors de la Première Guerre mondiale. Se livrant à de brillantes concordances des temps, il ira même jusqu’à recouvrir les zones d’ombres de sa propre mémoire. 

Il est l’auteur d’une dizaine de livres parmi lesquels L’Année des volcans, Vends ta maison de famille (Flammarion).